Haïti-Elections : MONOP et LAPEH exigent le report de la date retenue pour le second tour

Jeudi, 03 Décembre 2015 13:33 EV/HPN Nouvelles - Politique
Imprimer
Note des utilisateurs: / 3
MauvaisTrès bien 

Les responsables du parti politique de la Ligue alternative pour le progrès et l’émancipation haïtienne (LAPEH) et le Mouvement National de l’Opposition Populaire (MONOP) ont demandé, jeudi, le report de la date retenue pour le deuxième tour des élections et ont proposé une transition politique pour la poursuite du processus électoral.

 

 

« LAPEH n’a jamais dit qu’il ne participera pas aux prochaines élections mais nous ne pouvons pas continuer cette course avec ce conseil électoral. Nous ne sommes pas pressés mais nous demandons le renvoi de la date retenue ainsi qu’un gouvernement de transition pour organiser des scrutins honnêtes, crédibles et transparents », a déclaré Luckner Jabrun, membre de la LAPEH.

LAPEH compte participer aux manifestations pour les 3 et 5 décembre lancées par l’organisation Fanmi Lavalas tout en appelant les autres partis du pays à s’allier avec eux pour lutter contre les résultats présidentiels qu’ils qualifient de « Coup d’état électoral ».

« Nous allons continuer notre mobilisation et nous allons participer aujourd’hui aux manifestations pour dénoncer ce coup d’état électoral. Et nous demandons à la population et aux autres partis politiques du pays de se joindre à nous pour marquer la date du 5 décembre prochain qui symbolise le 5 décembre 1990 où plusieurs personnes ont trouvé la mort », a fait savoir Luckner Jabrun.

Alors que le conseil électoral provisoire (CEP) a annoncé le début de la campagne électorale pour le second tour le 26 novembre dernier, la commission indépendante du G8 entend continuer la mobilisation pacifique pour demander la dissolution du CEP dirigé par Pierre Louis Opont.

Le parti LAPEH se dit convaincu qu’avec ce CEP, il ne peut y avoir d’élections crédibles, honnêtes et démocratiques et demande rapidement un changement de commandement au niveau de certaines directions départementales et de certaines unités de la PNH.

Texte et photo d'Esther Versière