• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

L’élection du 24 janvier: C’est Jovenel contre Jovenel

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 4
MauvaisTrès bien 

Ce sera bien une première dans l’histoire de notre pays : une élection présidentielle avec un seul candidat. Il n’y aura donc pas de compétition. Dommage ! Dommage pour Haïti car il n’y a pas de consensus encore moins l’unanimité autour de cette élection.

 

Par Clarens RENOIS

 

On a beau chercher des exemples dans l’histoire des démocraties de la région pour justifier cette « exception », il est difficile de convaincre que c’est le meilleur choix pour Haïti.

Ce dimanche 24 janvier 2016 : Ce sera donc Jovenel contre Jovenel.

Mais Quelle piètre façon pour ce jeune entrepreneur de signer son entrée dans l’histoire !

Nous avons été tous critiques de l’élection présidentielle de 2000 quand, au final du scrutin, le président Aristide avait choisi d’affronter un figurant. Parce que nous aurions tous souhaité voir à ce moment une vraie élection avec deux vrais concurrents.

Avec l’élection du 24 janvier 2016, nous sommes entrain de répéter l’histoire. Hélas dans le mauvais sens ! Et dans les conditions actuelles, nos décideurs sont en train de précipiter le pays dans la division. Il n’y a aucune façon qu’une élection dans les circonstances actuelles puisse produire à court ou à moyen terme la stabilité politique que nous devrions rechercher ensemble pour notre pays.

J’entends les arguments de ceux qui soutiennent que la démocratie exige que les élections se tiennent à temps afin de favoriser la passation du pouvoir le 7 février 2016. Mais dans le cas exceptionnel du scrutin du 24 janvier, la démocratie n’en sortira certainement pas renforcée.

Il n’est pas question de chercher à savoir, ce ne sont pas les arguments qui manqueraient, qui à tort ou qui à raison. Non il ne s’agit pas d’une confrontation, d’un face à face entre partisans et adversaires. Ce qui importe maintenant c’est de tout faire pour réunir les Haïtiennes et les Haïtiens. Ce qui importe c’est que nous cessions d’être la risée du monde.

Le président Michel Martelly aurait pu signer une meilleure sortie politique. Il aurait du préparer une tout autre fin de mandat, s’il avait privilégié la cohésion nationale.

Je me souviens encore de la belle phrase qu’il avait prononcée quand, en décembre 2014, il fut contraint, malgré lui, de se séparer de son alter ego Laurent Lamothe. « Aucun sacrifice n’est trop grand à faire pour Haïti », avait-il lancé avec conviction. Monsieur le Président, il n’est pas trop tard.Vous avez d’autres sacrifices à faire encore aujourd’hui pour le bien de la République.

Quand au Premier ministre Evans Paul que l’histoire a rétabli, il est en train de rater l’occasion de marquer son temps de pouvoir. Que dis-je ? Si.  Il l’a marqué ; son temps personnel ! Sans doute pas celui de la démocratie qu’il a prétendu construire en poussant Duvalier à la sortie en 1986, et en propulsant le père Aristide à la présidence en 1990.

Lui pour qui la république s’est soulevée et s’est révoltée quand il a été défiguré, torturé à mort par les bourreaux de la dictature militaire. Lui qui a inspiré tant de jeunes à la militance et aux sacrifices de leur vie pour la démocratie ! Evans Paul qui derrière des barricades s’est battu, a conduit les grèves les plus sauvages pour sauver la démocratie !

Aujourd’hui Premier ministre, il est de l’autre coté de la barricade. Il a trouvé le changement. Son changement. Il doit dire Merci à Michel Martelly qui lui a permis de goûter aux fastes du pouvoir et de voir son rêve de changement personnel se réaliser.

Aucun analyste n’aurait pu prévoir qu’un duo Martelly-Paul serait un jour placé au sommet de l’état et pourrait travailler main dans la main. Car tout opposait ces deux hommes. Revisiter leur parcours…

Dommage que cette réconciliation tant souhaitée entre deux personnages représentatifs de notre société ne soit pas plus bénéfique pour le pays !

Dommage que cette belle complicité,nécessaire pour Haïti, cette complicité affichée entre les deux ne soit pas davantage profitable à la démocratie !

Dommage que nos hommes politiques regardent le pays avec des lunettes différentes selon qu’ils se trouvent au pouvoir ou en dehors du pouvoir !

Bonne chance Monsieur Jovenel Moise ! Mais… Dommage !

 

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 216 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter