• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-Éducation: Report de la rentrée, parents soulagés, enseignants incertains

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 4
MauvaisTrès bien 

La décision du gouvernement de modifier, le vendredi 4 août dernier, le calendrier de l’année scolaire 2012-2013, semble quelque peu soulager certains parents, mais plonger dans l’incertitude, des enseignants et des syndicalistes.

« C’est une très bonne décision qu’a pris le gouvernement de renvoyer au mois d’octobre la rentrée des classes. Cela permettra aux parents qui font face à des difficultés économiques, de se débrouiller davantage pour préparer la prochaine année scolaire », déclare Marie-Hélène, en se dirigeant vers un bouquiniste pour acheter des manuels scolaires usagés.

Cette mère de quatre enfants, dont trois vont à l’école cette année, se plaint toutefois de sa situation économique précaire. « Cela fait déjà plus de cinq ans que j’ai perdu mon emploi. Depuis, je vis une situation économique très difficile. Mon époux qui travaille perçoit un salaire de misère », confie-t-elle, comme pour justifier sa position en faveur de la décision du gouvernement.

« Comme dit le Premier ministre Laurent Lamothe, beaucoup de parents font face à une véritable crise économique. Le report de la rentrée scolaire peut aider les parents ainsi que les acteurs du système éducatif à mieux se préparer », estime pour sa part, Pierre-André, enseignant et directeur d’une école primaire à Pétion-Ville.

Pour des mesures complémentaires!
Joint au téléphone par Haïti Press Network, pour Josué Mérilien, coordonnateur général de l’Union des normaliens haïtiens (Unnoh), cette décision du gouvernement est inappropriée par rapport à la conjoncture actuelle du pays.

« Certes, cela peut paraître juste pour des milliers de parents, mais n’aura concrètement aucune importance, si les autorités concernées n’adoptent pas d’autres mesures pour consolider cette décision », laisse comprendre Josué Mérilien.

Selon le syndicaliste, les mesures de renforcement à prendre par le gouvernement pour justifier sa décision sont, entre autres, la publication dans le journal officiel « Le Moniteur » et l’adoption de la loi sur les frais scolaires ; la fixation à 50 000 gourdes, le salaire de base des enseignants ; le paiement de plusieurs mois d’arriérés de salaires à des enseignants contractuels, y compris leur nomination.

S’interrogeant sur son fondement, le professeur Mérilien dénonce la décision « unilatérale » des autorités étatiques qui, dit-il, agissent sans avoir eu la décence de contacter les acteurs concernés, notamment les directeurs d’établissements scolaires, les enseignants et les associations de syndicats d’enseignants.

De son côté, la secrétaire générale de la Confédération nationale des enseignants haïtiens (CNEH), Lourdes Edith Joseph, dit avoir cru que cette mesure gouvernementale aura de graves conséquences sur le calendrier de l’année académique 2012-2013.

Le chef du gouvernement, Laurent Lamothe avait indiqué le vendredi 4 août que la rentrée des classes pour l’année scolaire 2012-2013, préalablement fixée au 3 septembre, est reportée au 1er octobre. Il avait fait cette déclaration lors d’une rencontre avec la commission finance de  la Chambre des députés.

Néanmoins, depuis l’énoncé verbal de cette déclaration à date, aucun communiqué officiel n’a encore été publié à cette fin.


Sylvestre Fils Dorcilus
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 247 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter