• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-Journée mondiale de l’enfance: Des enfants de rue laissés pour compte

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

 

Ce 20 novembre est consacré à la commémoration du 23e anniversaire de la Journée mondiale de l’enfance. Dans la capitale haïtienne, Port-au-Prince, des enfants de rue – plusieurs centaines – ignorent leurs droits et leurs devoirs et sont laissés pour compte, en dépit des fortes promesses des autorités centrales de changer leur condition de vie. Haïti Press Network a rencontré certains d’entre eux.

 


« Je ne sais pas si aujourd’hui c’est la journée mondiale des droits des enfants. Aucune personne ne m’a pas parlé de cette journée que j’ignore complètement [… ]», a répondu Junior L* à une question d’un journaliste d’HPN.

 

Précisant que ses parents n’ont pas le moyen financier suffisant pour prendre soin de lui, ce gosse de 12 ans (sic), frêle, se démène tout seul pour subvenir à ses besoins.

 

« J’ai du abandonné l’école en classe de 6e année à cause de la précarité économique de mes parents. Les sommes d’argents que je gagne dans la rue, je les partage avec mes parents », a confié Junior, avec des paquets de sachets sur la tête.

 

Tantôt il vend des sachets, tantôt il essuie des véhicules (nouvelle forme d’activité pour gagner de l’argent) pour rentrer des sous quotidiennement.

 

Patricia, une fille visiblement âgée d’environ 10 ans, se trouvait parmi les enfants de rue.

 

Sur la route de Delmas, elle mène la même activité que les gars de son âge : essuyer des véhicules pour gagner de l’argent.

 

« Chaque chauffeur me donne 5 gourdes pour chaque machine que j’ai nettoyé. Je n’ai ni père ni mère, je me débrouille avec mes [ami-es] de la rue pour survivre », a raconté Patricia précisant qu’elle vit dans la rue depuis bientôt deux ans.

 

Plusieurs milliers d’enfants vivent dans cette même situation tant à Port-au-Prince que dans des villes de province.

 

Interrogés par HPN, en cette occasion spéciale, plusieurs enfants de la rue évoluant dans la région métropolitaine à l’instar de Junior et de Patricia,  disent ignorer leurs droits et leurs devoirs garantis dans la Convention relative aux droits de l’enfant de 1989, qu’Haïti ratifié en 1994.

 

Depuis, la mobilisation est générale pour permettre aux enfants de vivre dans un monde meilleure dans le pays. Au regard de plusieurs citoyens, « il demeure aujourd’hui encore un défi majeur pour l’État haïtien d’éliminer le phénomène des enfants de rue ».

 

En voyage officiel en Européen, le président Michel Joseph Martelly, dans un communiqué, a profité pour réaffirmer sa détermination à lutter pour permettre aux enfants de jouir pleinement de leurs droits fondamentaux : « droit à la santé, droit à l’éducation, droit à la protection, droit à la culture… ».

 

Cette journée est célébrée en Haïti, cette année, sous le thème : « Ti moun  se boujon lespwa ».

 

Pour des autorités gouvernementales et des Ong qui militent dans ce secteur, cette journée internationale est un moment [privilégié] pour discuter autour des nombreuses injustices perpétrées contre les enfants dans le monde.

 

 

Sylvestre Fils Dorcilus

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Twitter : @sfdorcilus

 

Crédit Photo : Sylvestre Fils Dorcilus

 

* Nom des enfants modifiés pour sauvegarder leur identité.

 

 

 

HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 290 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter