Haïti-Santé Publique : Vers la réglementation du système sanitaire

Jeudi, 11 Juillet 2013 11:09 SFD/HPN Nouvelles - Politique
Imprimer
Note des utilisateurs: / 2
MauvaisTrès bien 

En conseil des ministres du mercredi 10 juillet, l’Exécutif a approuvé une quinzaine d’avant-projet de lois et projets d’arrêtés de lois portant en grande majorité sur le système sanitaire haïtien, a pris connaissance, dans un communiqué officiel, l’agence Haïti Press Network.

Dix avant-projets de lois portant en grande majorité sur le système sanitaire haïtien ont été approuvés lors du conseil des ministres contre cinq projets d’arrêtés, eux, sur l’environnement. Il s’agit, entre autre, d’un « avant-projet de loi définissant l’organisation et le fonctionnement du ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP) ».

Le ministère est l’organe par excellence qui met en application la politique publique de santé du gouvernement.

Ont également étés approuvés un avant-projet de loi relatif au syndrome d’Immunodéficience  acquise (SIDA) et un autre sur le service social et la résidence des professionnels et techniciens de la santé. 

Un avant-projet de loi portant sur la réglementation de la production, la distribution, l’importation et l’exportation, le stockage et la consommation de médicaments dans le pays sera également soumis aux parlementaires pour être ratifié.

D’ailleurs, la pratique courante de vente de médicament, en partie dans les rues, et les conditions de leur stockage dans les pharmacies et les laboratoires laissent beaucoup à désirer sur leur qualité et efficacité ainsi que leur effet [négatif] sur la santé des consommateurs.

Dans cette démarche de corriger certaines anomalies, le personnel de santé sera, lui aussi, concerné par des textes de lois conditionnant son « bon » fonctionnement.

En plus d’un avant-projet de loi régissant l’exercice des professions de la santé, deux avant-projets de loi, l’un sur la création et l’organisation de l’Ordre des médecins haïtiens, et, l’autre, portant la création et l’organisation de l’Ordre national des infirmières et infirmiers ont été aussi approuvés par l’Exécutif. 

Si l’Exécutif emboite le pas en ce sens, il revient au Parlement, à travers les deux Chambres, de donner sa contribution en vue de réglementer le système.


Sylvestre Fils Dorcilus