Sud-est: Des Jacméliens digèrent mal la dégradation du marché en fer

Vendredi, 25 Septembre 2015 07:25 MMA/HPN Nouvelles - Provinces
Imprimer
Note des utilisateurs: / 4
MauvaisTrès bien 

les habitants de Jacmel, apprend HPN, réclament la restauration du Marché en fer pour transformer le Bel-Air et offrir plus de loisirs aux visiteurs et à la jeunesse locale.

 

 

L'état de délabrement du marché en fer n'a pourtant attiré l'attention d'aucune autorité, notamment l’ISPAN, la mairie, la délégation et la direction du tourisme, en charge de sauvegarder les bâtiments historiques de la ville.

Construit par les ateliers Bruges en Belgique, importé par l’administration communale ayant à sa tête, M. Alcius Charmant, le Marché en fer a été monté en 1895 par l’ingénieur Alcibiade Pommayrac. Les travaux achevés, le Marché en fer a été officiellement remis au gouvernement haïtien le 9 Décembre 1895.

Au fil des  ans, les pylônes sont rongés par la houille et le sel, certaines parties de la toiture se sont même effondrées créant des zones à risque. De plus, certains pilastres sont détachés du sol et les constructions  en fer qui dominent la toiture, destinées autrefois à l’entreposage, sont en partie attaquées par la rouille .

Afin d’éviter tout délabrement, une mission composé de cadre tel ingénieur de la société Eiffel,  un chef du service architecture de la ville de Strasbourg et de la Communauté Urbaine  de Strasbourg s’était rendu à Jacmel en Août 1998 sous l’égide de la mission de coopération française pour analyser la faisabilité technique de la réfection du marché et dont l’intérêt architectural justifie la conservation.

Cette étude qui a conclu sur la nécessité de reconstruire le bâtiment à l’identique plutôt que de le réparer en raison de son état de dégradation avancée, a été remise à la mairie de Jacmel .

17 Ans plus tard, aucune réparation n'est faite. En lieu et place, un nouveau marché communal a été construit dans la localité de Beaudouin, le cartel intérimaire d’alors a procédé au déménagement des marchands le Lundi 23 Mars 2015.

Les ruines  de ce grand bâtiment est devenu, au grand dam de la population,une décharge à ciel ouvert.

 

Par : Marcia Moïse-Ancion

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. .