• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haiti-éducation-UNNOH :«une éducation de qualité implique un traitement de qualité des enseignants »

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

«Un appel pour les enseignant(e)s ! », tel est le slogan de la Journée mondiale des enseignants 2013 ce 5 octobre. Si par ce slogan l’Unesco entend encourager une éducation de qualité pour tous, en Haïti, les enseignants continuent à dénoncer leurs mauvaises conditions de vie et de travail et l’impact d’un tel traitement sur le mode d’apprentissage.

 

«Une éducation de qualité apporte l’espoir et la promesse d’un meilleur niveau de vie. Il n’existe aucun fondement plus solide pour une paix et un développement durable qu’une éducation de qualité dispensée par des enseignants bien formés, valorisés, soutenus et motivés », a-t-on écrit dans une note de l’Unesco à l’occasion de la journée mondiale des enseignants.

La directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a, pour sa part, demandé à ce que « les enseignants bénéficient dès le départ d’une formation plus solide, ainsi que d’un développement professionnel et d’un soutien constant ».

Un type de soutien qui fait défaut au métier de l’enseignant en Haïti, caractérisé surtout par des conditions de travail laissant à désirer et des salaires dérisoires.

Pour le coordonateur général de l’Union nationale des normaliens haïtiens (Unnoh), une éducation de qualité n’est possible que lorsque les enseignants, qui constituent le moteur du système, reçoivent un traitement de qualité.

«Il est inconcevable, selon M. Mérilien,  que le salaire d’un enseignant haïtien en 2013 ne peut même pas lui permettre de satisfaire ses besoins de base, et de reproduire sa force de travail ».

Le syndicaliste a voulu profiter de cette journée pour inviter les enseignants à se solidariser davantage dans le cadre de la lutte visant à revaloriser le métier de l’enseignant en Haïti. Ainsi, les invite-t-il à prendre part à une grande rencontre les 1er et 2 novembre afin de travailler sur un calendrier de mobilisation générale en vue porter les autorités à se pencher sur leur sort.

L’Unnoh a réitéré son engagement de poursuivre le combat pour une meilleure condition de vie des enseignants afin d’encourager les carrières dans le secteur.

L’organisation exige, entre autres, la formation continue des maitres, la nomination des professeurs qualifiés, un salaire de basé de 50.000 gourdes, la définition du statut d’enseignant, le paiement des arriérés de salaire, une meilleure allocation budgétaire à l'éducation etc.

C’était l’occasion également pour Josué Mérilien de critiquer le Programme se scolarisation universelle gratuite (PSUGO) mis sur pied par le pouvoir en place. Le responsable de l’Unnoh a qualifié de démagogique ce programme qui ne prend pas en compte l’aspect le plus fondamental pour sa réussite  à savoir  la construction d’école publique.

 

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

 

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 399 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter