• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-transport : Ces bus boites à musique qui dérangent les tympans

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 6
MauvaisTrès bien 

En dépit de toutes les mesures adoptées par les autorités concernées, les chauffeurs  des bus (bwa fouye) effectuant le trajet Carrefour/Centre-ville, Carrefour-feuilles/Centre-ville et vice-versa, continuent de transgresser les tympans des passagers dans une atmosphère de « rara » et de bruits dérangeants,  a observé un reporter de HPN.



« Fèm boule yon 1000 goud,  mwen pa nan grate tèt, nan lari map tchat, nan otèl  map tchat », ce sont, entre autres, ces refrains à la mode, que ces boites à musique ambulantes, diffusent dans une ambiance très bruyante, le long de leur trajet.

« Chofè  bese volim radyo a non ! Se sak fè  mwen rayi monte machin sa yo wi » (pouvez-vous baisser le volume, chauffeur ? Je déteste ces véhicules), rouspète une passagère visiblement dérangée.

« Moun  ki  paka tande mizik la, pito l desann, paske s’ak mizik la pou m fè kob » (ceux qui ne peuvent pas supporter la musique n’ont qu’à descendre), rétorque le chauffeur en guise de réponse à sa passagère.

C’est en effet cette ambiance de carnaval qu’on observe quotidiennement dans ces bus, appelés généralement « bwa fouye ».

Ce qui est évident, c’est que les passagers, ont du mal à répondre un appel téléphonique, à cause du bruit. Il faut avouer quand même qu’il existe une catégorie de jeunes, appelés couramment « Bredjenn » qui aime voyager dans ces bus qui vomissent de la musique à volume excessivement élevé. 

Sous le règne de l’ex-Commissaire de gouvernement, Me Jean Renel Sénatus, les passagers voyageaient plus tranquillement à bord de ces véhicules, dont les carrosseries sont fabriquées en fer et en bois par des Haïtiens.

Suite aux ordres de l’ancien chef du Parquet, les conducteurs de ces bus étaient obligés de réduire le volume de leur appareil. L’ordre était donc intimé aux policiers assurant le service de la circulation d’infliger des pénalités à tout conducteur récalcitrant aux décisions des autorités. 

Le Commissaire Senatus considérait ce phénomène comme un véritable « chaos » qui trouble la paix publique. « Ce qui n’est pas conforme à la loi », avait-il fait comprendre.

Rappelons que ce phénomène de vacarme musical dans les bus (bwa fouye), était déjà en vogue dans les années 90, avec notamment les anciennes musiques de Michaël Jackson, mais aussi d’autres musiques américaines et haïtiennes de l’époque.

 



Mackendy Emmanuel Alexis  

 

HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 509 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter