• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti- Musique : le Raboday, un rythme qui fait danser les jeunes haïtiens

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 29
MauvaisTrès bien 

 

Que ce soit dans les festivités, dans les voitures de transport ou dans la rue, tout le monde danse au rythme du Raboday, un style de musique très apprécié par les jeunes communément appelés « Bredjenn » ou « Blodè », a constaté Haïti Press Network.

 


Ce style qui faisait le succès de plusieurs groupes haïtiens depuis les années 70, est parmi les tops des musiques écoutées. Réadapté par des disc jockeys (DJ) ou des groupes musicaux  d’alors, ce rythme  s’impose dans la société haïtienne.


Mixé certaines fois avec des génériques de théâtre qui ont fait succès dans le pays jadis, les groupes utilisent ce rythme pour décrire la réalité haïtienne et aussi pour faire passer quelques revendications.


Ayant des slogans comme « alaway », « maché tonnère », et « Blodè », c’est mots entrent catégoriquement dans le verbe quotidien de nos jeunes. Dans les festivités pour faire du hit, il faut jouer du raboday.


C’est un calvaire pour les plus âgés dans lles transports avec cette musique qu'ils traitent de style indécent, car dans certaines musiques adaptées au raboday, il y a des mots indécents. Toutefois, les jeunes n’ont aucun problème à s’adapter à ce rythme.


L’artiste Joseph Donal, chanteur du groupe Vwadezil, surnommé King Raboday, interrogé par HPN a expliqué qu’en 2004 il a essayé le raboday avec son carnaval « m pa nan pale fransè » (pas question de parler français), dès lors, ce style a trouvé sa place dans ses musiques.


L’artiste avance qu’avec ce style, il peut faire danser les gens et du même coup faire passer son message de revendication ou d’éducation. Toutefois, il critique l’action des groupes qui disent des propos indécents dans leurs différents tracs.


Le King, veut mettre le raboday à l’échelle internationale avec la collaboration de tous les artistes haïtiens ayant un niveau d’éducation afin de valoriser la musique haïtienne.


Pour sa part le jazzman guitariste, Claude Carré, a souligné que pour mettre ce rythme a l’échelle internationale, il faut le jouer à un niveau professionnel, le bricolage n’est pas trop de mise à ce niveau.


Il explique que le raboday fait partie de la famille des rythmes Congo et certains jazzmen haïtiens l'utilisent aussi pour embellir leurs improvisations.


Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 345 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter