Haïti-Education : des étudiants gagnent les rues pour exiger un nouveau terrain pour l’ENS

Mardi, 18 Décembre 2012 10:44 RLJ/HPN Societe & Culture - Societe
Imprimer
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

Des étudiants de l’Ecole Nationale Supérieure (ENS) organisent ce mardi une manifestation dans les rues de la capitale haïtienne pour exiger des autorités étatiques un terrain, pouvant reconstruire les bâtiments de l’ENS. La construction de ce nouveau local doit être financée par le gouvernement japonais à hauteur de 10 millions de dollars américains, a appris Haïti Press Network.

Selon l’un des porte-paroles des étudiants à l’ENS Alex Jean Louis, jusqu'à date les responsables concernés au niveau de l’Etat haïtien n’ont manifesté aucune volonté pour permettre l’acquisition du terrain en question.

 

« Des terrains ont été répertoriés au niveau de Babiole, de Carrefour-feuille et à l’Avenue Christophe. Toutefois, l’Etat n’a jusqu'à présent manifesté aucune volonté pour l’achat de l’un d’entre eux », ont déploré les étudiants.

« La coopération japonaise a accordé un délai jusqu’au 31 décembre aux responsables de l’ENS pour trouver le terrain, sinon l’ENS risque de perdre l’appui financier du Japon », a fait savoir Alex Jean Louis.

Selon ce que rapporte l’étudiant, au cours des discussions qui se sont tenues entre les responsables de l’ENS et ceux de l’Etat haïtien, l’institution devrait trouver le terrain et l’Etat haïtien se chargera de son acquisition.

Le nouvel bâtiment de l’ENS comportera notamment 38 salles de classes, 4 laboratoires, un dortoir pouvant accueillir 200 lits, a indiqué Alex Jean Louis.

Les étudiants de l’ENS se plaignent également des mauvaises conditions dans lesquelles ils travaillent, depuis après le passage du séisme du 12 janvier 2010.

L’Ecole Normale Supérieure (ENS) était logée à la rue Mgr Guilloux, le bâtiment avait été détruit lors du passage du tremblement de terre en 2010. Mais depuis le mois d’octobre 2012, les locataires de l’ENS en quête d’un meilleur espace pour le déroulement des cours,  sont  entrés en possession de l’espace qui abritait l’ancien palais de  justice à Port-au-Prince.