• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-Fin année : Programmes et actions gouvernementaux, au regard des citoyens

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 3
MauvaisTrès bien 

En cette période de fin d’année, Haïti Press Network a interrogé des citoyens, évoluant dans le secteur « informel », dans la capitale haïtienne, sur les programmes et les réalisations du gouvernement durant l’année 2012. Ils sont peu nombreux ceux qui accordent une note favorable aux autorités gouvernementales.

 

 

Marie-Jeannette, la cinquantaine, est vendeuse ambulante depuis près de trente ans. Elle change constamment d’activité commerciale suivant la période de l’année.

 

« Depuis des années, la situation (économique) des citoyens est certes déplorable, mais elle est pire cette année », raconte une mère de quatre enfants, vendeuse dans les rues de la capitale.

 

Pour elle, les programmes sociaux comme « Ti manman cheri, Ede Pep » lancés par le gouvernement ne peuvent pas combler, à eux seuls, les besoins de la population.

 

« Il fallait des actions plus concrètes. Dans un contexte de cherté de la vie, comment imaginez qu’une mère comme moi puisse vivre avec 400 gourdes ? », s’interroge cette femme, l’air indigné.

 

Polo, un cireur de bottes vit, avec ses trois enfants et sa concubine, dans un quartier défavorisé de la capitale. Il ne connaît pas une vie agréable.

 

« Ces programmes, qui soi-disant sont destinés aux gens les plus démunis, ne sont pas arrivés à destination. Moi, je n’ai rien reçu en dépit du fait que je vis dans une zone précaire ».

 

À défaut de mettre en œuvre les grands chantiers propices au développement ‘’durable’’ que prône le président Michel Joseph Martelly, son administration et le gouvernement Lamothe ont lancé à travers le pays une série de programmes dits d’« apaisement social ».

 

En plus d’être préoccupé par la hausse des prix des produits de première nécessité, des citoyens ont critiqué l’inaction de l’exécutif et des autorités gouvernementales dans la lutte contre l’insécurité.

 

« En 2012, les actes de banditisme se sont multiplié dans le pays. Les villes de province n’ont pas été épargné », rappelle Yves, chauffeur de transport en commun dans l’aire métropolitaine.

 

Il croit que, les autorités du gouvernement et le haut commandement de la police nationale pourraient faire mieux pour combattre ce phénomène.

 

Ouvrier dans une usine de la capitale, Pierre critique la politique du gouvernement en matière d’emploi qui, à son avis, n’a pas été efficace en dépit des grandes promesses des dirigeants.

 

« Combien d’emplois ont été concrètement créés ? Certes les dirigeants avancent des chiffres mais ils ne peuvent pas les justifier. Aussi, quel support les autorités ont apporté à ceux qui travaillent dans des conditions difficiles surtout dans la sous-traitance ? », avance un homme dans la rue.

 

Toutefois, de nombreux citoyens disent souhaiter que les dirigeants puissent prendre des mesures appropriées pour changer la donne au cours de l’année prochaine.

 

 

Sylvestre Fils Dorcilus

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Twitter : @sfdorcilus  /  @hpnhaiti

 

 

 

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 338 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter