• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-Environnement : Et si l’État impose des taxes sur les ordures…

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

 

La gestion non rationnelle d’ordures qu’est une menace sérieuse pour l’environnement et un poison violent pour la santé, continue de constituer l’un des plus grands problèmes de la région métropolitaine de Port-au-Prince, constate Haiti Press Network.

 

 

Il est une évidence même pour le moins avisé des observateurs que le problème de l’insalubrité auquel Port-au-Prince fait face depuis des années, a dépassé le stade de l’acceptable et risque à tout moment de dégénérer en catastrophe.

Toutes les couches de la population sont désespérées de voir le temps où la capitale haïtienne en sera débarrassée. Ils sont légion ceux qui espèrent voir nos rues, nos marchés et d’autres espaces publics de la ville offrir une autre image que celle des déchets exposés à ciel ouvert un peu partout.

Beaucoup de citoyens jugent majeur le problème d’ordures dans le pays. Pour nombreux, la gestion des ordures doit être une responsabilité citoyenne et individuelle.

« Je pense que les responsables de l’État, la mairie notamment et les gens qui nettoient ne pourront pas, malgré toute leur bonne volonté, y apporter une solution adéquate », opine un cadre de la mairie de Pétion-Ville dans un entretien exclusif accordé à Haiti Press Network.

Notre interlocuteur dit avoir pensé que tous les citoyens, les ménages et les petits marchands en particulier doivent prendre conscience que la gestion des ordures dépend d’eux. « Les marchands sont les plus grands responsables de l’accumulation d’immondices dans le pays. Il faut une stratégie contraignante pour réduire les maux engendrés par ce mal social», a-t-il soutenu.

De nombreuses personnes ont suggéré que soient infligées des pénalités financières aux institutions, aux marchands et toutes autres personnes qui fonctionnent dans le voisinage avec les fatras, quelles que soient leurs natures.

« Personne n’accepterait de payer une amende pour des ordures qu’elle a jetées ou pas. Par conséquent, tout un chacun serait contraint à une gestion responsable de ses déchets », pense un peu optimiste Juna Dossou, professionnelle de la santé depuis six ans.

Tout en espérant une prise de conscience collective face à ce problème, en attendant les yeux sont rivés sur les autorités concernées de l’État, qui semblent être incapables de relever ce défi.


Texte et photo: Alix Laroche

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

 

 

HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 307 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter