• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-Éducation: De la nécessité d’une éducation inclusive liée à la technologie de pointe

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

En partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP), le MIT (l’Université de Massachussetts Institute of Technology de Boston), organise, du jeudi 15 au samedi 17 janvier, à l’hôtel Le Plaza, un atelier de travail réunissant 77 professeurs, sur l’Éducation inclusive et les technologies de l’information et de la communication (TIC), a constaté Haiti Press Network.

Il s’agit de créer un noyeau de professeurs cadres, susceptibles de manipuler facilement les matériels des Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), notamment des logiciels de pointe que développe actuellement le MIT, d’après ce qu’a fait savoir le professeur Michel Dégraff.

L’idée c’est de mettre ces professeurs à jour afin qu’ils soient en mesure d’enseigner, en créole, certaines matières telles que : mathématiques, physique, génétique, chimie et biologie au niveau de l’enseignement secondaire et universitaire, a indiqué le principal initiateur du programme, M. Dégraff.

Le professeur Dégraff dit croire que le choix du créole comme langue d’apprentissage à travers ces logiciels, permettra aux jeunes d’apprendre mieux et vite dans la mesure où, laisse-t-il comprendre, qu’ il s’agit avant tout de la langue maternelle de tous les Haïtiens.

Des professeurs venant de l’étranger, notamment des États-Unis prennent activement part à l’atelier dans le but de partager leurs expéreinces avec les professeurs haïtiens, lesquels, précise Michel Dégraff, ont déjà reçu une formation avancée des TIC.

« Nous n’allons pas enseigner les matières aux professeurs, mais plutôt des techniques d’enseignement devant permettre, pédagogiquement à ceux-ci, de mieux inculquer certaines notions liées à ces matières aux enfants, sans que ces derniers ne soient obligés de parcoeuriser des tas de choses », a expliqé l’universitaire.

Le ministre de l’Éducation nationale, M. Nesmy Manigat qui a procédé officiellement à l’ouverture de cet atelier de trois jours, a indiqué l’avoir fait avec un sentiment de satisfaction, puisque la démarche s’inscrit dans le cadre de la réforme éducative engagée dans le système.

Cette méthode pédagogique participative, croit le titulaire du MENFP, peut véritablement aider à résoudre le problème de « l’échec scolaire » qui hante le système éducatif haïtien depuis près de 40 ans, souligne-t-il.

« Le pays compte sur les résultats de toutes ces initiatives qui ne visent que le bien-être et le développement de l’éducation », conclut le ministre.

Texte et photo : Alix Laroche

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.