• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-Crise: Leaders de partis, sénateurs réagissent au rapport de la commission consultative

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

La Fusion des socio-démocrates, l’organisation du peuple en lutte (OPL), saluent le rapport de la commission consultative dont la mission consistait à proposer au chef de l’Etat une solution à la crise. Ces deux partis politiques souhaitent que l’application du document soit effectuée dans un cadre constitutionnel. En revanche, le parti AYISYEN POU AYITI affirme ne pas être lié au rapport annonçant que l’Opposition entend maintenir la mobilisation anti-Martelly.


La Fusion des socio-démocrates qui avait toujours souhaité la démission du Premier ministre, le renvoi du conseil électoral provisoire (CEP), juge plutôt équilibré le rapport de la commission consultative qui a repris ses revendications.

Le vice-président de la Fusion, Alix Richard croit que si le chef de l’Etat mette en application les recommandations faites dans le document, ce serait un pas dans la bonne direction. Toutefois, un large accord politique entre les protagonistes s’avère nécessaire avant tout.

Même tonalité du coté de l’organisation du peuple en lutte(OPL) qui  estime importante une concertation entre Michel Martelly et les présidents des deux branches du Parlement avant la mise en branle du rapport de la commission.

Souhaitant que tout se passe dans un cadre institutionnel, Sauveur Pierre Etienne s’oppose à toute logique extrémiste privilégiant le mouvement des rues au dialogue.

Pour sa part, le responsable du parti INITE, Paul Denis reconnait que le rapport de la commission de 11 membres reflète, dans ses recommandations, certaines des revendications de la population. Notamment, en ce qui a trait à la libération des prisonniers politiques, la perception de la politisation de la PNH.

Mais, l’Opposition se veut de plus en plus radicale à travers AYISYEN POU AYITI qui déclare ne pas être lié au rapport de la commission dans toute sa globalité.

Jonas Coffy annonce la poursuite de la mobilisation anti-Martelly par la frange de l’opposition regroupant le MOPOD et d’autres alliés.

Des sénateurs s’opposent, d’autres applaudissent…

‘’Laurent Lamothe ne partira pas’’, affirme le sénateur Wenceslas Lambert en réponse à la  recommandation de la commission disant le contraire.

Dans son analyse, l’élu du Sud-est prévoit une crise interminable au cas où le chef du gouvernement démissionnerait.

Poussant plus loin sa réflexion, il argumente que tout renvoi du Premier ministre occasionnerait la chute du pouvoir de Michel Martelly.

Opposé hier à la mise en place d’un CEP inspiré de l’article 289 de la constitution, aujourd’hui le parlementaire annonce que tous les sénateurs proches du pouvoir son favorables à l’application de cet article.

Pour Wenceslas Lambert, toute la crise n’est que le corollaire de la non-tenue des élections.

Pour sa part, l’opposant farouche au pouvoir, Jean-Baptiste Bien-aimé rejette d’un revers de main le rapport de la commission qui a omis d’inscrire dans ses recommandations le départ du chef de l’Etat également.

Saluant le rapport de la commission consultative, le sénateur Francisco Delacruz souhaite que le chef de l’Etat et tous les protagonistes s’activent en vue de sa mise en application.

L’élu du Plateau Central juge le rapport équilibré et susceptible de favoriser une issue à l’impasse.  Néanmoins, Francisco Delacruz regrette que le chef de l’Etat se propose 3 jours pour prendre une décision finale, malgré l’urgence de la situation.

 

 

 

 

 

HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 242 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter