• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Saint-Louis du Sud jusqu’au petit matin des sirènes

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 3
MauvaisTrès bien 

Au lendemain du jeudi 25 août, jour de la célébration de la fête de Saint-Louis Roi-de-France, leur saint-patron, sirènes et visiteurs ont choisi d’élire domicile  jusqu’au 28 août dans cette  ville rivée aux belles promesses de l’aube.

 


Le vendredi 26 août, nous avions pris la route du Sud pour nous transporter là-bas, au Fort des Oliviers, merveilleux site de la ville de Saint Louis du Sud où  les choses commençaient à s’activer déjà pour la réalisation  de la cinquième édition du Festival  la Sirène.

Couleurs, grouillement de festivaliers, banquets nous attendaient.
Commune de l’arrondissement d’Aquin, Saint-Louis du Sud se trouve à 13.3 km au nord-est des Cayes. Connue en fait sous le nom de Baie de Cromwell, cette ville a été  fondée en 1698.

Encerclée encore d’espaces verts, Saint-Louis dont seulement deux avenues sont à présent  asphaltées, rivalise en beauté avec la ville d’Aquin, un joyau dédié à Saint-Thomas d’Aquin.

L’île des Anglais, une enclave insulaire de Saint-Louis du Sud présente des atouts insoupçonnés et abrite une église datée de plus de deux siècles. Elle a servi de site de visite touristique du festival.

Outre cette petite île à visiter, les Anglais, l’incontournable Fort des Oliviers a été l’aimant du festival. L’Ispan (Institut de sauvegarde du patrimoine national) veut veiller jalousement sur l’ensemble du patrimoine  saint-louisien.

Trois soirées pleines d’ambiance se sont déroulées sur le Fort des Oliviers, érigé de tentes et d’étals de marchandes aussi électrisées que les pèlerins ou fêtards  venus se relaxer dans le sud profond.

Pendant la première soirée du festival, celle du 26 août, les invités majeurs comme Izolan, Gracia, Bélo ont hissé la barre assez haut au point de faire oublier la pluie, alors menaçante. Izolan à lui tout seul a ravivé la flamme vive du groupe Barikad Crew et s’est   surpassé en solo.

La soirée du 27 août, celle du rap et du «Konpa » a réuni  des groupes régionaux survoltés tels Love konpa de Cavaillon, Antouraj, Freedom et G7 des Cayes. Le maire de Saint-Louis du Sud, Thony Jean Simon s’était lui-même exercé à la guitare.

Le 28 août, lors de la troisième soirée de cette activité culturelle, le groupe  Kanpèch, avec en tête Fredo, et le groupe Rasin Mapou maintenu en vie par les musiciens héritiers d’Azor ont fait vibrer au propre comme au figuré le littoral du Fort des Oliviers. Et ceci jusqu’à  l’arrivage  de l’étoile du matin.  

Ernst Aïs, l’initiateur de cet événement, exprime ainsi sa satisfaction au lendemain du festival. « Définitivement, le Festival la Sirène est devenu le plus important rendez-vous culturel de la presqu’île  du sud. »

Constatant  la quantité de tentes-restaurants, de points de vente de produits d’artisanat et  semi-shop de maillots de bains, les organisateurs du festival venus en partie de la diaspora s’estiment satisfaits de cette édition.

Cette cinquième édition du Festival La Sirène  avait  engagé des centaines de jeunes dans l’accueil, le nettoyage du site, le maintien de propreté sur le littoral jusqu’à la clôture partielle  du Fort des Oliviers.

Selon Aïs, les retombées économiques sont visibles. « Les marchands comme les marchandes  ont en profité pour préparer la rentrée des classes de leurs enfants  ».


Dominique Batraville

 

HPN Sondages

7/7 Hebdo

    Actuellement Sur HPN....

    Nous avons 287 invités en ligne


    Rechercher dans le site

    Facebook

    FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


    To receive HPN tweets on your mobile
    USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
    CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

     

    Follow hpnhaiti on Twitter