• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-Insécurité : Martissant, un peu calme mais fragile

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

À Martissant, l’un des quartiers jadis réputés de non droit, où l'insécurité battait son plein, une période de répit est observée depuis quelques mois. Des cas isolés de vol à main armée y  sont enregistrés, mais les querelles entre groupes armés qui s’affrontaient au sein de la population se conjuguent aujourd’hui au passé, a constaté Haïti Press Network.



Selon Joseph Saintuné et Geubara Louimarc Alexis, respectivement président et délégué de l’Association des jeunes de Crepsac pour l’avancement et le progrès de Martissant (AJCAP/M), cette accalmie est quelque peu liée à la vigilance des forces de l’ordre, notamment les patrouilles mobiles et des postes fixes des soldats de la Mission de paix des nations unies en Haïti (Minustah), renforcées par des patrouilles de la Police nationale dans la zone.

Ont également contribué à cet apaisement social dans ce banlieue sud de la capitale, ont-ils fait savoir, l’exécution de certains projets initiés dans le quartier par l’entremise de certains groupes organisés, particulièrement l’association dont ils dirigent et la mise en œuvre du « Parc naturel » par la Fondation connaissance et liberté (Fokal).

Nombreux sont en effet les riverains de Martissant qui se réjouissent de l’accalmie constatée depuis quelque temps dans cette zone en ce qui a trait aux actes de violence répétés. La situation sécuritaire à s’y est nettement améliorée. Les armes des hors-la-loi cessent un peu de résonner. Pas de tirs nourris ni sporadiques. Pas d’affrontements non plus entre groupes armés.

Que ce soit du côté de « Ti Bwa », de « Grand-Ravine », de « Soray », de Délouis et de la 4e et 5e avenues Bolosse, naguère fief de « lame ti manchèt », c’est le même constat, à en croire les témoignages des habitants de ces quartiers. Certaines familles qui avaient fui leurs résidences et qui s’étaient réfugiées, par crainte de violences, dans les zones avoisinantes plus clémentes, reviennent à Martissant.

« La population vaque avec beaucoup plus de quiétude à ses activités ces derniers temps. On vit avec moins de stress et de peur d’être victime d’une balle perdue. Il faut le dire même si d’autres problèmes comme la misère noire et le chômage restent encore entiers », a déclaré un notable de la zone, lequel a applaudi la construction d’un terrain de Basket-ball pour les jeunes à la rue Crepsac, grâce à une démarche de l’AJCAP/M.

« Il faut souligner aussi que la plupart des chefs de groupes ont été neutralisés. Nombreux se trouvent derrière les barreaux. Plusieurs autres ont été tués dans les échanges avec les forces de l’ordre dans le cadre des descentes des lieux et/ou dans des disputent entre eux », a fait remarquer Dieujuste.

Des initiatives probantes
D’après les précisions de Joseph Saintuné, cet espace sportif mis en place récemment à l’aide d’un appui de l’Ambassade de France (AF), l’Union Européenne (UE), l’Ordonnateur national (ON) et le Groupe de recherche et d’échanges technologiques (Gret), a nécessité un débours de quelque 3 000 000 de gourdes et contient au total 300 places assises. Des jeunes y viennent pour s’amuser à longueur de journée, a-t-il informé.

Joseph Saintuné, Geubara Louimarc Alexis, Prisner Jean, Luckner Orismé, Elsie Wagnac, Kénold Durandis et Yanick Léonard sont, entre autres, ces jeunes battants qui, parmi tant d’autres, dirigent cette association dynamique à Martissant, notamment à la rue Crepsac.

Par ce mouvement entrepris depuis à peu près 5 ans, ces jeunes qui se distinguent à travers leurs démarches positives au profit de la communauté, veulent projeter une image différente au quartier, en vue de parvenir à un éventuel changement de mentalité de ses filles et fils.

Néanmoins, en dépit des efforts consentis par des particuliers et des Organisations non gouvernementales, d’autres problèmes à résoudre persistent à Martissant. Citons, entre autres, le chômage, la faim, la bidonvilisation, l’insalubrité, bref, la misère noire mais encore la dégradation de l’environnement et l’absence quasi-totale d’établissements scolaires publics.

Martissant est situé dans la troisième circonscription de la commune de Port-au-Prince. On ne peut se rendre dans le Grand Sud sans avoir pas passé par Martissant qui est localisé dans la zone sud de la capitale. Avec une superficie de 885 km2 et une population estimée en 2009, par l’Institut haïtien de statistique et d’informatique (IHSI), 875 978 habitants, soit une densité de 24 305,7 habitants par km2, Martissant représente l’un des bidonvilles les plus peuplés de la région métropolitaine de Port-au-Prince.

Alix Laroche
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 406 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter