Haïti-Société : Vertières, l’Exemple à suivre ! 

Politique
Typographie

 

Aujourd’hui, face à l’effroyable menace d’« effondrement total », à tous les niveaux, qui pèse sur Haïti, il est impératif que nous nous réconciliions, hic et nunc, avec notre histoire de peuple révolutionnaire. Ne remontons pas trop loin ! Arrêtons-nous au 18 novembre 1803, inspirons-nous de cette date rappelant la mythique Bataille de Vertières, fondatrice de la Première République noire de l’Histoire. L’exemple de Vertières est d’autant plus fécondateur qu’il a consacré, sciemment, la matérialisation de la devise : Liberté, Egalité, Fraternité. 

A Vertières en 1803, Noirs et Mulâtres ont su dépasser certaines réalités pour rendre possible l’Indépendance. Dans le Nord de l’île, différences et diversités, couleurs et classes, intérêts et convictions personnelles…, tout a cédé le pas à l’Union pour la défense d’une Cause commune. De cet « accord tacite » est né un nouvel Etat à l’aube de l’année 1804 : Haïti. 

En 2021, soit 217 ans après l’Indépendance, l’esprit de cette guerre historique décisive ne nous habite plus, au vu de notre tiraillement. Chaque secteur fonctionne comme en autarcie, chacun s’occupe de ses oignons, pour le plus grand malheur du pays. Pourtant, aujourd’hui plus que jamais, nous sommes dans l’urgence de construire et de reconstruire Haïti. Ce 18 novembre 2021 nous commande, Haïtiens d’ici et de la Diaspora, de concocter un ACCORD au détriment des accords que chaque « clan » brandit comme une panacée. A seulement quelques petits pas d’une nouvelle année (2022), il est un impératif catégorique pour les différentes forces vives de la nation d’élaborer, pour application rapide, un « Plan inclusif » qui favorisera l’adoption nouvelle Constitution, l’organisation des élections pour le renouvellement du personnel politique, la redéfinition des rapports commerciaux d’Haïti avec les autres pays… Nous avons cette « Guerre » à faire contre les intérêts personnels et mesquins, contre les liens sectaires et destructeurs…, pour le plus grand bien de la Démocratie. 

Aujourd’hui méprisée dans une région où elle fut hier l’Exemple à suivre, Haïti doit se reprendre en main. Pour ce faire, elle ne peut compter que sur ses fils et filles en territoire national et en terre étrangère. Péremptoirement, Haïti a besoin d’une nouvelle Révolution ! Cette Révolution peut-être endogène, c’est-à-dire provoquée par les Haïtiens d’ici, tout comme elle peut-être exogène, donc mise en marche par les Haïtiens de la Diaspora. Dans un cas comme dans l’autre, les fils et filles de la République doivent « faire communauté », pour redonner au pays sa « Grandeur perdue ».

En ce 18 novembre 2021, les dieux des aïeux nous crient : « Vaillants Révolutionnaires d’Haïti et de la Diaspora, où êtes-vous ? Unissez-vous pour une Haïti nouvelle ! ».

GeorGes E. Allen 

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .