L’organisation Médecins sans Frontières a décidé lundi de suspendre ses activités dans le Centre d’urgence de Martissant, cible d’une attaque armée le week end écoulé, par des individus armés qui ont tiré à plusieurs reprises en direction du centre d’urgence au moment où les équipes de MSF assuraient la prise en charge des patients, a appris HPN.

 

« Aucun mort, ni blessé ne sont à déplorer parmi les occupants du Centre d’urgence », cependant l’Organisation médicale humanitaire estime qu’ « elle ne peut plus continuer à soigner la population sans mettre son personnel en danger », peut-on lire dans un conmuniqué publié par MSF.  

 

Face à ce climat d'insécurité, MSF a décidé d’évacuer son personnel et les patients du Centre d’urgence et suspend immédiatement ses activités à Martissant pour une semaine, selon Alessandra Giudiceandrea, cheffe de mission de MSF en Haïti.

 

L’attaque du samedi 26 juin 2021, est un évènement sans précédent, soutient Mme Giudiceandrea.

 

"Au moment où nous devrions pouvoir étendre nos activités en raison de la Covid-19 et d'autres besoins, nous nous battons pour garder nos structures ouvertes malgré des conditions sécuritaires déplorables", regrette la cheffe de mission qui insiste pour dire que la Mission veut retrouver les bâtiments du Centre d’urgence intacte après cette semaine d’arrêt des activités.

 

Rappelons que MSF fournit des soins médicaux en Haïti depuis 30 ans et le Centre d’urgence de Martissant, ouvert en 2006, est à ce jour le plus ancien projet MSF en Haïti. Pour poursuivre ses activités, l'Association doit être en mesure d'assurer la sécurité des patients et du personnel médical dans leurs déplacements et au sein des structures de santé. 

 

Yves Paul LEANDRE

 

 

 

Le Réseau Haïtien de Journalistes de la Santé (RHJS) continue d’alerter les citoyens sur la tendance, toujours à la hausse, des cas positifs au Covid-19 ainsi   que le nombre des décès enregistrés dans le pays. Les citoyens sont invités à redoubler de vigilance.

 

Le secrétaire général du Réseau Haïtien de Journalistes en Santé (RHJS), le docteur Odilet Lespérance, attire l’attention des citoyens sur la nécessité de redoubler de vigilance pour réduire les risques de propagation du nouveau Coronavirus.

 

Suivant les dernières données publiées par le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP) sur l’évolution de la maladie en Haïti, 32 personnes sont mortes du 13 au 18 juin contre 15 par rapport à la semaine d’avant.

 

S’agissant des nouvelles contaminations, le MSPP a enregistré 851 cas avérés contre 789, a souligné le docteur Lespérance. La majorité des cas (62.5%) ont été enregistrés dans le département de l’Ouest suivi du Plateau Central (9.37%).

 

Le docteur Lespérance met aussi l’accent sur la nécessité qu’une attention particulière soit portée aux personnes âgées de plus de 50 ans, rappelant que 28.1% des décès ont été enregistrés dans la tranche d’âge comprise entre 50 et 59 ans.

 

Ce sont, pour la plupart, rappelle-t-il, des gens présentant des comorbidités et donc plus à risque de présenter des complications. Il encourage les autorités à prendre des mesures pour faciliter l’accès aux centres de prise en charge dont celui de Delmas 2 et de faire en sorte que le personnel soignant puisse travailler dans la sérénité.

 

Le docteur Lespérance intervenait dans le cadre du programme dénommé « les jeudi du RHJS » qui, pour ce 24 juin, portait sur l’impact de la Covid-19 sur la grossesse.

 

L’intervenant principal, le docteur Grégory Beaugé, a fait remarquer que les femmes enceintes font partie de la catégorie à risque moyen et modéré et qu’à partir du 3e trimestre, les risques d’accouchement précoces ont tendance à augmenter.

 

Il encourage les femmes enceintes à se faire vacciner contre la Covid-19 soulignant que, jusqu’ici, les risques de complications n’ont pas été prouvés. Au 18 juin, la Covid-19 a tué 393 personnes sur 17 710 cas avérés.

 
 
Le nombre d'enfants poussés dans la malnutrition aiguë sévère pourrait doubler cette année, selon l’UNICEF.  
 
Selon les projections de cet organisme international,  plus de 86 000 enfants haïtiens de moins de cinq ans souffriront cette année de malnutrition aiguë sévère, contre 41 000 l’année dernière à la même période, et pourraient mourir s’ils n’obtenaient pas une assistance d’urgence.
 
« Le nombre d'enfants de moins de cinq ans souffrant de malnutrition aiguë sévère en Haïti pourrait augmenter de plus du double cette année, a averti la Directrice régionale de l'UNICEF pour l'Amérique latine et les Caraïbes, Jean Gough, qui a conclu une visite de sept jours sur l'île aujourd'hui », peut-on lire dans  une note de l’UNICEF.
 
L'UNICEF s’alarme de l'augmentation de la malnutrition par rapport à l'année écoulée. 
 
« Dans les hôpitaux, j'ai été attristé de voir autant d'enfants souffrant de malnutrition. Certains ne s'en remettront que s'ils reçoivent un traitement à temps. »
 
« Un Haïtien sur quatre est actuellement confronté à une insécurité alimentaire aiguë. De mars à juin 2021, environ 4,4 millions de personnes seraient en situation d'insécurité alimentaire en Haïti, dont 1,9 million d'enfants, selon les estimations du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC). La prochaine saison des ouragans risque d'aggraver l'accès aux aliments nutritifs dans les mois à venir », poursuit-on dans cette note.
 
 
En juin 2021, l'UNICEF annonce qu’il sera à court d'aliments thérapeutiques prêts à l'emploi (ATPE) pour le traitement de la malnutrition aiguë, en raison d'un financement insuffisant. L'UNICEF dit  avoir besoin urgent de 3 millions de dollars pour acheter des intrants et des médicaments essentiels et mener des activités de prévention et de traitement.
 
 
En plus, « Pour 2021, l'UNICEF a besoin de 48,9 millions de dollars américains pour répondre aux besoins humanitaires de 1,5 million de personnes en Haïti, dont plus de 700 000 enfants, qui ont été considérablement exacerbés par la pandémie de COVID-19. Jusqu'à présent, cet appel humanitaire est resté presque complètement sous-financé ».
 

Face à la remontée des cas liés à la Covid-19 dans le pays ces derniers jours, le gouvernement haïtien décrète l’État d’urgence sanitaire à partir de ce lundi 24 mai 2021 pour une période de 8 jours. L’appel à la vigilance et au respect strict des gestes barrières est redoublé, a constaté Haiti Press Network.

Lire la suite...

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages