Haïti-Éducation-Séisme : Le ministre Manigat en tournée d’évaluation dans le Grand Sud

Education
Typographie

Une semaine après son installation, le ministre de l’Education nationale et de la Formation professionnelle, Nesmy MANIGAT, a effectué, les 5 et 6 décembre 2021 dans le Grand Sud, une tournée d’évaluation relative aux travaux en cours pour la construction des structures provisoires d’accueil en vue de relancer les activités scolaires. Il s’agissait aussi de rencontrer les acteurs de terrain sur différentes problématiques liées à la bonne marche du système éducatif haïtien.

Les métropoles du Grand Sud, Jérémie (Grande-Anse), Cayes (Sud), et Miragoâne (NIPPES), ont reçu la visite du nouveau titulaire du ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle (MENFP), Nesmy MANIGAT, en tournée dévaluation dans cette région fortement affectée par le séisme du 14 août 2021. 

Considéré parmi les trois zones prioritaires de son administration, le Grand Sud est un élément central pour le ministre MANIGAT qui entend accélérer les travaux pour la remise en état des structures éducatives au profit des enfants. « Lekòl pa ka tann » est le slogan mobilisateur autour duquel il entend rassembler les acteurs afin que l’école reprenne son droit sur tout le territoire national. L’école ne peut pas se payer le luxe, selon lui, de rater cette troisième consécutive après la période peyi lòk et COVID-19.

Accompagné, entre autres, du directeur général du FNE, Joseph Frantz Nicolas, du Coordonnateur  des directions départementales, Hérold LATORTUE, du Coordonnateur de la Direction générale, Jackson JOSEPH, et d’un membre de Cabinet, Job MAURICE, le ministre MANIGAT a pu s’entretenir avec les agents éducatifs (parents, professeurs, directeurs d’écoles) et élèves,  ainsi que des partenaires locaux autour des chantiers en construction après le séisme et des grands dossiers du système éducatif.

Le nouveau secondaire, la condition enseignante, la régularisation des personnels, les arriérés de salaire, l’intégration des professionnels de l’éducation au sein du système éducatif, le retard accumulé dans les chantiers de reconstruction, les conditions de travail dans les structures éducatives, l’accès à l’école figurent parmi les grands points débattus lors des différentes rencontres.

De l’ensemble des échanges, on doit noter une grande frustration des acteurs par rapport aux retards observés dans le démarrage des chantiers promis. Le ministre MANIGAT se dit à l’écoute des acteurs, au-delà des rapports reçus, afin d’adopter les mesures nécessaires pour activer les travaux qui tardent à démarrer.

Au-delà, le ministre promet d’accompagner les élèves par d’autres actions pour un apprentissage continu en dehors des salles de classes. 

Il annonce, en ce sens, un programme de rattrapage et d’autres activités corollaires permettant la transformation des temps libres des élèves en temps éducatifs pour combler les nombreuses lacunes accumulées. Il entend aussi renforcer cette année des compétences de base en littératie et numératie, a-t-il indiqué. 

Le numéro Un du MENFP a aussi mis l’accent sur le programme de cantines scolaires qui doit reposer fondamentalement sur les produits locaux en vue d’appuyer la recapitalisation des familles paysannes et des producteurs qui contribuent aux frais de scolarité des enfants. 

En dehors des rencontres, le ministre de l’Education nationale a pu visiter plusieurs chantiers scolaires, notamment dans la Grande-Anse, l’école nationale Hortensius Merlet, l’école nationale Edmée Rey, l’école nationale Catherine Flon et Centre éducatif Laurybelle ainsi qu’un vaste terrain qui pourrait servir d’espace pour la reconstruction de plusieurs écoles. Ces visites lui ont permis de faire un état des lieux des retards accumulés dans les cahiers de charge des travaux attendus.  

Signalons aussi que parmi les acteurs rencontrés par le ministre MANIGAT dans les régions visitées, les membres de la délégation départementale et les hautes autorités de l’église. 

Au terme des différents échanges, Nesmy MANIGAT promet de revenir sous peu et de se convertir, au besoin, en chef de chantier pour faire avancer les travaux de reconstruction des infrastructures scolaires et la mise à disposition des équipements scolaires attendus.

HPN

Source: Bureau de communication/MENFP

 

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .