Haïti-Elections: Un « flou persistant » entoure le déroulement du processus électoral, selon Anacasi

Lundi, 29 Juin 2015 20:29 RA/HPN Nouvelles - Elections
Imprimer
Note des utilisateurs: / 3
MauvaisTrès bien 

Les membres du Conseil électoral provisoire (CEP) ont laissé un «  flou persistant » autour de l’organisation des prochaines élections suite à leur choix de ne pas communiquer suffisamment  avec ses partenaires privilégiés qui sont les partis politiques. C’est le dirigeant de la  Ligue Alternative pour le Progrès et l'Emancipation Haïtienne (LAPEH), Jean Hector Anacasis qui a fait cette déclaration le lundi 29 juin, en marge de la marche pacifique organisée par la plateforme politique Vérité (qui réclamait la réintégration de son candidat, Jacky Lumarque dans la course électorale).


L’ancien sénateur indique que ce sont les partis politiques qui vont envoyer des candidats aux prochaines compétions, des mandataires dans les bureaux. Mais rien n'est encore dit, fustige-t-il, soulignant que plus d’un sont devenus sceptiques en ce qui ce concerne la tenue des prochaines joutes électorales qui devront contribuer au renouvellement du personnel politique haïtien. Il n’est pas possible que les membres de l’organe électoral aient adopté une telle posture.

De plus, poursuit l’ancien parlementaire, ils n’ont fourni aucune explication à la population sur leurs différentes activités. Ils ont gardé le mutisme en ne laissant aucun créneau de communication qui permettrait de se renseigner sur le déroulement du processus. Alors qu’ils sont imbus de l’importance de cet outil dans le cadre du fonctionnement de la démocratie.

Certes, certains candidats, affirme-t-il,  ont exigé le départ de l’actuel organisme électoral, mais au niveau de LAPEH nous sommes contre cette démarche qui sera néfaste au pays. Il exhorte ainsi les patriotes à conjuguer leurs efforts en vue de servir le pays et barrer du même coup la route aux fossoyeurs.

Quant au financement des partis politiques, l’ancien sénateur du département de l’Ouest informe qu’aucun décaissement d’argent n’est encore effectif, soulignant qu’il faut prendre les candidats en photo, alors que les partis n’ont reçu, à date, aucun sou. La période des campagnes, se plaint-il, doit commencer le 7 juillet dans la perspective de la réalisation des prochains scrutins le 9 août prochain. Tout reste lettre morte, condamne M. Jean Hector.

De plus, explique-t-il, on pouvait reprocher plein de choses au CEP, étant donné qu’il s’agit d’un consensus  qui a contribué à sa mise en place, on fait un dépassement qui permettra de donner une chance au pays et à la population.

RA/HPN