• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti: La POHDH toujours inquiète du respect des droits humains et du processus électoral

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Faisant le point, mardi 21 juillet, sur la situation sécuritaire et la conjoncture électorale, la Plateforme des organisations haïtiennes des droits humains (POHDH), accompagnée de la New England Humains Rights Organization, a déclaré n’être toujours pas claire quant au déroulement du processus électoral, ponctué « d’irrégularités ».

A moins de 20 jours de la tenue des élections législatives, prévues suivant le calendrier électoral, pour le dimanche 9 août prochain, la Plateforme des organisations haïtiennes des droits humains (POHDH), continue à exprimer des inquiétudes.

Antonal Mortimé, dirigeant de la Plateforme se dit préoccupé de la situation sécuritaire du pays, où, dit-il, aller à la banque aujourd’hui est presque synonyme de la mort, mais aussi et surtout du processus électoral dans ce climat d’insécurité qui engendre la peur.

Aussi, la POHDH appelle, en conséquence, le Conseil Electoral Provisoire (CEP) à adopter les dispositions nécessaires pour éviter la répétition d’une série de légèretés constatées en vue de la tenue de bonnes élections dans le pays.

« Le processus électoral avance, mais avec beaucoup d’inquiétudes et de préoccupations liées à des problèmes logistiques», a indiqué Antonal Mortimé.

Il estime que la liste des membres des bureaux de vote, des superviseurs et des électeurs devait être déjà rendue publique, d’après les prescrits du décret électoral 2015.

« Nous pensons, poursuit-il, que ce sont des manquements qui entraînent le non respect du calendrier électoral ainsi que le décret ».

Par rapport aux actes de violences liées à la question des élections, la Plateforme dit saisir l’occasion pour recommander aux autorités compétentes de prendre toutes les mesures qui s’imposent, en vue de sécuriser le pays et le processus électoral, aux fins de garantir la libre circulation sans inquiétude aucune, de tout un chacun.

De son côté, Kevin Moran qui parlait au nom de la New England Humains Rights Organization, a plaidé pour la tenue d’une compétition électorale démocratique, libre, honnête et inclusive dans le pays, sans ingérences des pays amis d’Haïti dans la proclamation des résultats.

Sur cette base, les représentants de cet organisme de défense des droits humains qui évolue particulièrement à Boston (USA), met en garde les États-Unis, notamment l’actuel ambassadeur en mission en Haïti, Mme Pamela White qu’ils estiment avoir fait beaucoup de mal au pays dans ses déclarations.

« Mme White doit savoir qu’elle est en déficit de crédibilité en Haïti », a conclu Josué Renaud, président de la New England Humains Rights Organization.

Texte et photo : Alix Laroche

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

 

 

 

 

 

Bannière

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter