• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Promodev : Des agriculteurs de Lascahobas enseignés pour mieux s’organiser

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 2
MauvaisTrès bien 

 

Dans le cadre d’une démarche qui entend contribuer à la promotion du développement rural et la production agricole d’Haïti, l’organisation Promotion pour le développement (PROMODEV) a organisé, le dimanche 21 avril 2013, une rencontre avec un groupe d’agriculteurs à Lascahobas en vue de leur enseigner quelques comportements à adopter pour parvenir à la prospérité, constate sur place Haiti Press Network.

 

 

Emmenée par l’Ingénieur-Agronome Talot Bertrand, spécialiste en éducation relative à l’environnement, ils étaient plusieurs représentants d’organisations paysannes de Lascahobas, pour la plupart membres de l’Association des Femmes Unies de Poulie (AFUP), à avoir pris part à cette réunion au cours de laquelle des conseils salutaires leur ont été prodigués.

L’invité d’honneur a été l’ancien ministre haïtien de la Planification, également ex-directeur général de l’ODEVA et du ministère de l’Agriculture, l’Agronome Jean André Victor. Il s’est entretenu avec les paysans pendant plus d’une heure et demie dans une atmosphère sereine et conviviale dans la localité Poulie.

C'est dans le cadre d'une campagne de sensibilisation des organisations paysannes vers des pistes de solution aux problèmes du secteur agricole, que la PROMODEV entreprend cette activité dans des milieux reculés du pays chaque 3e dimanche du mois autour du thème: "Koze plantè".

L’expert en agriculture a prodigué quelques bons conseils pratiques aux paysans. En substance, l’Agronome Jean André Victor leur a recommandé de se regrouper en organisation afin de faire prospérer leurs activités notamment sur le plan économique.

« Il faut s’organiser. Mais il faut penser ouvrir l’organisation non seulement à la communauté où vous vivez mais aussi à tout le pays et à l’étranger », conseille-t-il aux agriculteurs, avant de les enseigner la culture du contact, de l’organisation, de l’audace et de la bonne gestion.

Au cours de cette séance de réflexion, l’Agronome Jean André Victor n’a pas cessé d'insister sur la nécessité de former des organisations solides dans les communautés. Pour lui, l’organisation est un outil important qui puisse conduire à la richesse.

« Comment faire pour créer la fortune dans ses activités ? » Telle a été en effet la question autour de laquelle l’Agronome a invité ses interlocuteurs à la réflexion.

« Pour moi, ce qui est dans vos têtes est plus important que les biens matériels. Le destin fait partie de nous. Il suffit d’être assez courageux et parfois rebelles pour s’en rendre compte.», apprend-il aux participants qui le suivaient de façon attentionnée.

De leur côté, les paysans ont indiqué avoir la volonté de travailler. Mais, disent-ils, les moyens font énormément défaut. C’est d’ailleurs le commentaire de presque tous les intervenants lors de cette causerie. Cependant, Carole Sénaël et Marie Maude André, membres de l’Association des Femmes Unies de Poulie (AFUP) semblent être les plus préoccupées par ce manque à gagner.

« Nous avons la vigueur et la volonté pour travailler et faire les choses autrement. Mais nous faisons face à de sérieux problèmes de moyens financiers », déclare timidement Marie Maude, soutenue par sa voisine Carole, l’une des femmes zélée de l’AFUP, un organisme agricole réunissant près de 100 membres et qui s’est spécialisé dans la transformation des fruits en produits agro-alimentaires.

Pour Rusly et Wismythe Morette qui évoluent dans le secteur agricole plus précisément, c’est pratiquement la même préoccupation. Déficit d’encadrement.

Par ailleurs, les paysans souhaitent l’aide et l’encadrement des autorités concernées. Pour eux, un système de crédit sera très utile dans cette contrée dotée d’ailleurs de l’eau, des routes, de l’électricité et une couverture végétale captivante.

« Notre plus grand dilemme demeure le manque de moyens financiers et techniques dans le domaine agricole. Ce que nous produisons suffit à peine pour la consommation familiale. Il n’y a pas de quoi à envoyer au marché », raconte Rusly. Contrairement à ces derniers, Morette Lafaille, un grand planteur de la localité, a plutôt témoigné de sa prospérité dans le domaine de l’agriculture. Lui et sa femme montent d’ailleurs une entreprise agro-alimentaire qui produit des aliments dérivés de fruits.

Selon l’Agronome Talot Bertrand qui profitait de l’occasion pour distribuer, au nom de la PROMODEV, des kits hygiéniques dans le cadre d’une campagne anti-choléra, a considéré la rencontre comme étant un véritable réveil pour l’avancement des activités agricoles dans le milieu. D’après M. Bertrand, l’organisation de ces genres d’activités contribuera à renforcer la compréhension des enjeux du secteur agricole en Haïti et à favoriser un processus de dialogue en vue des  solutions à l’agriculture haïtienne.

 

Texte et photo : Alix Laroche

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

 

 

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 249 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter