• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti: le volontariat, une ressource énorme inexploitée en Haïti

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 
Index de l'article
Haïti: le volontariat, une ressource énorme inexploitée en Haïti
la suite
Toutes les pages

Le volontariat représente une ressource énorme et largement inexploitée, qui commence seulement à être perçue par le gouvernement haïtien comme pouvant contribuer au développement. Nul ne sait, combien économiserait le gouvernement et les organisations nationales et internationales, s’ils parvenaient à mobiliser les jeunes…     Par Valcer Charles




Le volontariat est une caractéristique que partagent les sociétés du monde entier. Les termes que l’on utilise pour le définir et les formes que prennent son expression peuvent varier à travers différentes langues et cultures, mais les valeurs qui l’animent sont communes et universelles : elles résident dans le désir de contribuer au bien de tous, librement décidé et dans un esprit de solidarité, sans attente de contrepartie matérielle. Le volontariat existe dans toutes les cultures et dans toutes les sociétés. Qu’on l’appelle entraide, assistance aux moins favorisés, souci et service ou participation et prosélytisme, le volontariat est l’expression du désir et de la capacité de l’individu d’aider librement son prochain et d’améliorer la société dans un esprit de réciprocité.

En principe, il pèse sur chaque homme vivant en société, une obligation morale de sacrifier une partie de son temps, du produit de son travail à l’œuvre humanitaire, développement économique, sanitaire, aide aux déshérités etc… Près d’un milliard de personnes dans le monde choisissent d’être volontaires. Le volontariat est aujourd’hui un concept en pleine évolution qui intéresse de plus en plus d’individus. Que se soient des jeunes, des personnes plus âgées, des spécialistes ou des étudiants, tous partagent le souhait de donner un peu de leur temps et de leur expérience, pour une cause qu’ils défendent. Depuis 2001, le volontariat à complètement évolué et est devenu un important élément de toute stratégie visant, entre autres, à lutter contre la pauvreté à assurer un développement durable, la santé, l’éducation, les droits de l’homme, la prévention et la gestion des catastrophes, et l’intégration sociale et, notamment, à éliminer l’exclusion sociale et la discrimination.

Tous les pays en développement connaissent un déficit de participation des jeunes aux actions bénévoles intéressent le développement économique et social de leur nation en ce monde caractérisé par la quête de gain. Selon les estimations, la population haïtienne en 2012 est d’environ 10,2  millions avec un taux de croissance de 1,5%. Selon le rapport EMMUS IV,  plus de la moitié de la population en Haïti est âgée de moins de 21 ans, et environ 30% est âgée de 15 à 25 ans. Pour un pays comme Haïti, avec une population activement jeune, le volontariat doit s'inscrire en premières lignes dans le programme du gouvernement. Le volontariat représente aujourd’hui un énorme réservoir de compétences, d’énergie et de connaissance des conditions locales qui peuvent aider le gouvernement à entreprendre des programmes et politiques mieux ciblés, plus efficaces, transparents et participatifs. Malheureusement en Haïti, il est rare (pour ne pas dire inexistant) que le volontariat soit reconnu comme ressources stratégique qui peut être influencée de manière positive la politique des pouvoirs publics et encore plus rare qu’il soit intégré aux stratégies nationales de développement.




A l’instar de tous les Etats engagés en 2001 à promouvoir le volontariat dans leur pays, Haïti compte aussi sur sa jeunesse pour s’engager dans un processus de développement durable en Haïti. Les programmes de volontariat comme forme de participation qui met les jeunes au cœur du développement, semblent de plus en plus être perçus par l’état comme une condition indispensable au développement économique et social durable. Le volontariat, pratiqué sous de nombreuses formes traditionnelles en Haïti, comme le combite et l’escouade permet aux communautés d’engendrer leurs propres solutions face aux défis auxquels elles sont confrontées. Le volontariat a également un impact positif important sur le bien-être communautaire. Il tisse des liens entre les individus, augmente le capital social et contribue à un grand nombre de facteurs sociaux qui créent des sociétés saines, dans lesquelles il fait bon vivre. Un sentiment accru de communauté donne également lieu à une hausse du volontariat. Depuis le séisme, cette aptitude et cette attitude des jeunes à travailler volontairement et/ou bénévolement pour l’enrichissement et l’épanouissement de leur communauté constituent un effort précieux dans notre pays. Un effort à encourager et à structurer pour un développement durable en Haïti.

Le volontariat représente une ressource énorme et largement inexploitée, qui commence seulement à être perçue par le gouvernement haïtien comme pouvant contribuer au développement. Nul ne sait, combien économiserait le gouvernement (l’État haïtien) et les organisations nationales et internationales, s’ils parvenaient à mobiliser les jeunes (volontaires) dans des campagnes d’alphabétisation, de protection de l’environnement, de vaccination, de recensement de la population et surtout dans la sensibilisation, l’observation et la surveillance électorale ?

Reconnaissant que le volontariat à le pouvoir pour atteindre les objectifs fixés en matière de développement socio-économique, en cette commémoration de la 24ème  Journée Internationale des Volontaires, ce 5 décembre 2012 ; Haïti doit prouver, qu'elle mettra tout en œuvre pour offrir aux jeunes une infrastructure de qualité en matière de service volontaire, promouvoir le volontariat dans le pays afin d’amener les jeunes à contribuer effectivement à la construction systématique et prétentieuse d’une nouvelle société plus fraternelle et surtout tournée vers le développement.


A cet effet, j’encourage le gouvernement haïtien, la société civile, les médias, les universités, le secteur privé et la communauté internationale (ceux qui sont vraiment  AMIS D’HAITI) à reconnaître la contribution vitale que peut apporter le volontariat comme un instrument capable de générer du capital social et la cohésion et contribuer au développement humain durable en Haïti.


Célébrons les volontaires, bonne journée aux volontaires du monde entier.



Valcer Charles
Président Provisoire
Collectif Agir pour Haïti (CAH)
Président –Fondateur
Bethesda-Haïti Foundation

 

 

HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 606 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter